Sandra Chamoux - Press

PRESENTATION      PROGRAMMES     RECORDING     VIDEOS    DIARY  

Classica

August 2021
Berlioz, the Coast, back to life (2)
After a year of purgatory, the Berlioz Festival is back in La Côte-Saint-André.
For some great evenings and some intimate meetings in the late afternoon.
Web Théâtre, Christian Wasselin - article HERE

The pianist Sandra Chamoux delights us with a superb album Calliope which mirrors Philippe hersant's Éphémères cycle with Claude Debussy's two booklets of Images. Crescendo-Magazine meets this pianist who builds bridges between eras...
Crescendo Magazine, Pierre Jean Tribot - article HERE

..." Cloches à travers les feuilles" refers to Asian sounds and, to a certain extent, to the haikus of Philippe Hersant. Sandra Chamoux's phrasing is almost spidery, hypnotic, magical!
The rest of the second booklet is in the same vein, with mental images and nocturnal landscapes emerging as if by magic.
After the goose bumps, the sobs, the hypnosis, what could be more logical than to end on a big shiver?
Bravo !
Audiophile-Magazine, Joel Chevassus - article HERE

Sandra Chamoux has recreated the lightness of Debussy’s sound world without abusing color effects. Her interpretations are clear, internalized and dreamy, altogether enchanting, even if one could wish for Mouvement to be a bit clearer and rhythmically more sharply accented. On the whole, however, this is a coherent, well-played album with compositions that match each other.
Pizzicato, Remy Franck - article HERE

"Comme toujours chez Henri Duparc, le pianiste est à la fois un partenaire et une sorte de rival, tant sa partie déploie souvent une ampleur symphonique. C'est peu dire que Sandra Chamoux se montre à la hauteur."
CHOC Classica, Jacques Bonnaure
 
Sans artifice, le jeu instrumental traduit un engagement d'une rare sincérité, apportant une intensité non pas synonyme de puissance sonore mais d'urgence émotionnelle, bien plus intéressante..."
Classica, Antoine Mignon

"Du grand art ! Sandra Chamoux interpreta les tableaux d'une exposition avec une maitrise, une énergie et un sens musical hors du commun. Dés la première note, on est comme choqué et cette présence ne nous quitte plus. Sandra Chamoux emporte son public là où elle le désire, tantôt dans des atmosphères nostalgiques, presque intemporelles, puis dans une ivresse joyeuse ou encore dans une ambiance dramatique. La « grande porte de Kiev » qui conclut ce cycle en apothéose souleva littéralement le public qui fit une véritable ovation à cette merveilleuse pianiste. Un triomphe..."
 
Artiste aux doigts de fée qu'elle exploite avec élégance, Sandra Chamoux emmène son auditoire dans un univers hors du temps, grâce à un toucher sublime qui lui a valu cette renommée internationale qui la précède désormais. La Grenobloise fait constamment preuve d'une technique irréprochable, qui lui permet de faire passer toute forme d'émotion à travers les œuvres qu'elle interprète.
France-TV.FR "la nuit du piano », Château de Suze la Rousse, Festival du Tricastin
 
Dans Gaspard de la nuit de M.Ravel, Sandra Chamoux semble vouloir extirper de son piano toute la cruauté contenue dans cette oeuvre fascinante. Son Ondine a des reflets tentateurs et mortels, tandis que son Scarbo s'agite, erratique et exasperant. Quant au Gibet,il est plus angoissant que morbide:la cloche qui tinte tout au long de la pièce ajoute à l'inquiétude qu'entretient la pianiste, sonnant le glas de notre propre existence.
Gilles Mathivet, Les affiches

la pianiste Sandra CHAMOUX a fait admirer la qualité de son toucher dans un récital exclusivement consacré à Chopin. Une interprétation à la sobre efficacité qui n'oublie pas d'exprimer toute la flamme et la passion contenues dans l'oeuvre.
L'Est Républicain

Concertiste de renommée internationale, premier prix de virtuosité au conservatoire de Genève, Sandra CHAMOUX distilla quelques instants sublimes comme suspendus hors du temps. cette concertiste dont le nom restera sans doute longtemps gravé dans la mémoire.
La liberté de l'est
 
Nous avons assisté à un récital hors pair donné par la jeune pianiste Sandra CHAMOUX . C'est dirons-nous époustouflant ! A l'évidence, Sandra CHAMOUX fait partie des exceptions.  Les tableaux d'une exposition  ont conquis l'auditoire et Sandra CHAMOUX a donné de la partition de Moussorgski , un éclat particulier de tous les enchainements qui composent cet ouvrage, sans le moindre relâchement technique et esthétique. Une grande pianiste !
Dauphiné Libéré Avignon
 
Ce fut un véritable corps à corps entre la pianiste et son instrument dont elle voulait tirer toutes les possibilités. Le piano a subi toutes les violences, toutes les caresses, toute l'énergie, toute la douceur, de mains agiles guidées par une émotion profonde, une concentration extrême. Un moment impressionnant tant il se dégageait de la pianiste une énergie intérieure. On aurait pu croire Sandra CHAMOUX épuisée par un jeu puissant, nuancé, subtil, sans souffler. Elle y avait retrouvé son bonheur et un regain de vitalité.
Est républicain Vosges
 
Elle a donc commencé par Méphisto valse de LISZT,diaboliquement sautillant ,diaboliquement charmeur, diaboliquement difficile. C'etait parfait. Il fallait tout l'art de Sandra Chamoux pour faire entrer le public dans ce monde magique et on reste admiratif que tant de puissance et de sensibilité se cachent derriere cette mince silhouette.
Isabelle Rampal, Dauphiné libéré

Invitée par l'orchestre, la pianiste Sandra Chamoux fit une forte impression dans Gaspard de la nuit de Maurice Ravel, dont elle donna une éblouissante interprétation, digne des pianistes les plus inspirés.
Les affiches de Grenoble, André Lodéon
 
"Arrivé à ce point de concert, il faudrait poser la plume et se livrer à l'extraordinaire émotion qui occupa la deuxième partie du concert. Interprète du deuxième concerto opus 18 pour piano et orchestre de Rachmaninov, Sandra Chamoux,superbe pianiste à la technique flamboyante et à la fine sensibilité, plongea l'assistance dans un état de rêve d'où elle n'emergea qu'à la fin du concert. Le public fit une ovation mémorable à Sandra Chamoux."
André Lodéon